Taille du texte: Plus grand

Vous êtes ici:

Accueil PLEXTALK Europe > Termes techniques

facebook google bookmark twitter

Support: Termes techniques

[Formats Audio]

<MP3>
Le MPEG-1 ou MPEG-2 Audio Layer III, (nommé couramment MP3), est un format de codage audio breveté, basé sur une compression des données qui entraîne une perte de qualité. C’est un format très largement utilisé pour le stockage des données, et qui est devenu de fait le standard privilégié pour le transfert et l’écoute de la musique sur les lecteurs numériques.
<Ogg Vorbis>
Le Ogg Vorbis est un format de compression audio, ouvert et libre, non breveté, qui donne des résultats de qualité moyenne à haute, (8kHz-48.0kHz, 16+ bit, polyphonique), avec un taux d’échantillonage fixe ou variable. Ceci le classe dans la même catégorie que le MPEG-4 (AAC), identique au MPEG-1/2 audio layer 3, MPEG-4 audio (TwinVQ), WMA et PAC, mais plus performant.
<WAVE>
Le Waveform Audio File Format (WAVE, plus souvent dénommé WAV par rapport à l’extension des noms de fichiers) est le format audio standard d’IBM et MicroSoft pour PCs. C’est le format le plus utilisé sous Windows pour les fichiers audio non compressés. Le format d’encodage habituel est le Linear Pulse-code Modulation (LPCM).
<AMR-WB+>
Le AMR-WB est un standard breveté, dédié à la voix, basé sur le codage Adaptive Multi-Rate. L’extension Adaptive Multi-Rate – Wideband (AMR-WB+) est un codec audio qui complète l’AMR-WB. Il permet le codage de signaux stéréo, et un taux d’échantillonage plus élevé.
<PCM>
Le Pulse-Code Modulation (PCM) est une méthode pour convertir numériquement des signaux analogiques. Un flux PCM est la transformation en numérique de signaux analogiques, ceux-ci étant échantillonnés de façon linéaire, par intervalles de fréquences.
<Audible Format 4>
Lors de l’achat d’un livre sur le site Audible, plusieurs formats de téléchargement sont généralement proposés. Chaque format correspond à une utilisation particulière. Le format 4 correspond à un codage de la voix en MP3.

[Formats Texte]

<html>
HTML est le sigle pour Hyper Text Markup Language. Il s’agit du code utilisé pour la conception des pages Web; c’est ce code qui est interprété par votre navigateur, et c’est celui utilisé par les webmasters pour définir l’apparence des pages qu’ils conçoivent.
<MS-word doc/MS-word docx>
Microsoft Word est le traitement de texte conçu et diffusé par MicroSoft. Le format DOC de MicroSoft WORD est devenu, de fait, le standard pour les utilisateurs de WORD. Le format DOCX, quant à lui, résulte de l’enregistrement des documents au format Open XML, qui regroupe le document en différents fichiers et dossiers au sein d’un fichier compressé. Les fichiers DOCX sont conçus pour faciliter l’accessibilité. Par exemple, le texte d’un document est sauvegardé en texte seul dans un fichier précis, et les images sont réunies dans des fichiers individuels, au sein du fichier DOCX.

[Support de sauvegarde]

<CD>
Le Compact Disc (souvent désigné par CD) est un disque optique sur lequel des données sont stockées. À l’origine, il était prévu pour le stockage et l’écoute de la musique, puis il a été utilisé pour la sauvegarde des données (CD-ROM). Les CD-ROMs sont physiquement identiques au CDs audio, et les données sont stockées et lues de la même manière (la différence étant le standard spécifique utilisé pour les données des CDs audio). Contrairement aux CDs audio, les CD-ROMs ne peuvent bénéficier de la correction d’erreurs par interpolation, il faut donc que les données soient plus fiables.
<CD-R>
Un CD-R (Compact Disc-Recordable) est un type de Compact Disc. Le CD-R est à la norme « Write Once Read Many », de ce fait, il n’est pas nécessaire que la totalité du disque soit gravée en une seule opération.
<CD-RW>
Le CD-RW (Compact Disc-ReWritable) est un disque réinscriptible. Les CD-RW nécessitent une meilleure qualité du lecteur laser que les autres disques.
<CCCD>
Copy Control CD est le nom d’un système de protection contre la copie utilisé pour certains CDs audio. Les CCCDs ne peuvent pas être classés comme CDs car le système utilisé rend les données incompatibles avec les standards audio classiques.
<Carte CF>
CompactFlash (CF) est un format de cartes utilisées pour la sauvegarde des données par divers appareils. Les données sont organisées de façon standard sur les cartes CF, ce qui accroît leur compatibilité. Le format CompactFlash fut le plus répandu lors de l’arrivée des cartes mémoire sur le marché. Depuis, d’autres formats (la carte SD par exemple), ont fait leur apparition. Il existe deux formats de cartes CF : Le Type I (3.3 mm d’épaisseur) et le type II (CF2), plus épais (5 mm). Les lecteurs CF Type II sont utilisés par les Microdrives.
<Carte SD>
Secure Digital (SD) est un format de carte-mémoire développé par la « SD Card Association » pour la sauvegarde des données dans les appareils portables. SD / MiniSD / MicroSD font partie de la même famille. De ce fait, ces formats sont compatibles. Des adaptateurs SD permettent de transformer les cartes plus petites afin de pouvoir les utiliser dans les lecteurs SD de base ; ils permettent la connexion des broches des petites cartes avec celles d’une carte SD standard.
<Carte SDHC>
SDHC (Secure Digital High Capacity, SD 2.0) est une extension du standard SD, qui accroît la capacité de stockage à 32GO. Les cartes SDHC ont les mêmes caractéristiques physiques et électriques que les anciennes cartes SD 1.X, de ce fait les lecteurs SDHC sont compatibles avec les nouvelles cartes SDHC et les anciennes cartes SD.
<FAT16/32>
File Allocation Table (FAT) désigne un système d’organisation des données informatiques, largement utilisé par les systèmes d’exploitation des ordinateurs, de même que par de nombreux appareils (les caméscopes entre autres). Les systèmes FAT (par leur simplicité d’exploitation), se retrouvent dans beaucoup d’appareils portables. Le système FAT 16 a été créé pour le système d’exploitation MS-DOS et était encore utilisé avec la première version de Windows 95. Il permettait le classement des fichiers sur disquettes, et sur les disques durs d’une capacité maximale de 2,1GO. Le système FAT 32 n’est qu’une évolution du FAT 16, garantissant la compatibilité avec les nouveaux systèmes d’exploitation, programmes, réseaux et lecteurs. Le point fort du FAT 32 est de pouvoir gérer efficacement les données stockées sur les disques actuels de grande capacité. Il permet la gestion des disques de capacité supérieure à 2GO, et leur formatage en une seule partition, ce qui permet de leur assigner une lettre de lecteur unique.

[Périphériques]

<Carte PC>
En informatique, PC Card (à l’origine PCMCIA Card) désigne un type de cartes pour différents périphériques, tout particulièrement destinées aux ordinateurs portables. Les caractéristiques électriques sont identiques à celles des CompactFlash, on peut donc utiliser un adaptateur CompactFlash dans un port PCMCIA.
<USB>
Le standard Universal Serial Bus (USB) permet de connecter différents périphériques à une unité centrale (un PC par exemple), et a supplanté les anciens systèmes tels que connexions série ou parallèle. L’USB permet de connecter toutes sortes de périphériques comme souris, claviers, appareils-photos numériques, imprimantes, lecteurs MP3, clés USB, adaptateurs réseau ou disques durs externes. Pour la plupart de ces appareils, l’USB est devenu le standard.
<USB On-The-Go>
USB On-The-Go, souvent remplacé par USB OTG, désigne la caractéristique de certains périphériques USB normalement « esclaves » de l’unité centrale à laquelle on les relie, (comme le PLEXTALK PTP1), de changer de rôle et d’agir en « maître ». En standard, le protocole USB fonctionne sur une architecture maître/esclave; l’« hôte » USB a le rôle de maître, et et le « périphérique » USB celui d’esclave. Seul l’hôte peut interagir sur la configuration, ou initialiser le transfert de données. Les périphériques ne peuvent déclencher le transfert de données, ils ne font que répondre à la demande de l’hôte. Avec le standard OTG, les périphériques peuvent assumer les rôles de maître ou d’esclave selon la situation.
<LAN>
Local Area Network (LAN) désigne un groupe d’ordinateurs et de périphériques qui partagent une connexion réseau par câble ou sans fil. Par exemple, les ordinateurs et périphériques qui partagent les ressources d’un serveur unique (dans le cadre d’un immeuble de bureaux).
<Wireless LAN>
Wireless Local Area Network (WLAN) (réseau sans fil), désigne un groupe d’appareils qui communiquent via une connexion sans fil, et qui, généralement, accèdent à l’internet par l’intermédiaire d’un même point d’accès.
<IEEE802.11b/g>
802.11 et 802.11x se rapportent à des normes développées par le IEEE pour les connexions sans fil. 802.11 désigne une connexion sans fil entre un périphérique client sans fil et un routeur ou entre deux périphériques sans fil. 802.11b est une extension du 802.11 pour les réseaux sans fil avec une vitesse de transmission de 11Mbps (avec des vitesses réduites à 5.5, 1 et 2 Mbps) dans la bande de fréquences de 2.4GHz. La norme 802.11b a été définie en 1999, complétant le standard 802.11 d’origine, permettant aux connexions sans fil d’atteindre l’efficacité de l’Ethernet. La norme 802.11g s’applique aux échanges de courte distance, et permet des vitesses de transmission jusqu’à 54Mbps, dans la bande de fréquences de 2.4GHz.

À propos de PLEXTALK

©Copyright Shinano Kenshi Co., Ltd. 2011.
Les logos PLEXTALK sont des marques déposées de Shinano Kenshi Co. Ltd.
Les autres marques et produits sont la propriété de leurs concepteurs respectifs.
Les spécifications peuvent changer sans préavis.